Fantasmagora

Vivez ou mourez
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Illian Keith

Aller en bas 
AuteurMessage
Illian Keith
Admin
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 15/07/2010
Age : 28

MessageSujet: Illian Keith   Ven 13 Aoû - 13:06


Nom : Keith
Prénom : Illian
Âge : 22ans
Nature (Humains/Être) : Être
Capacités (si vous êtes un Être) : Pyrokinésie + Téléportation
Groupe : Êtres - Illian
Sexe : [X]M []F













Description physique :

Je suis nul en description physique alors... je vais faire relativement court. De toutes façon vous voyez bien à quoi je ressemble alors pas de quoi en faire un roman.
Je suis un garçon, c'est déjà très important de le savoir. Car si j'étais une fille, j'aurais une corpulence plus fine et des formes plus voyante. J'aurais aussi une poitrine plus ou moins grosse et peut être des cheveux longs. Et surtout, je n'aurais rien entre les jambes. Enfin bref. Là, c'est plutôt le contraire.
Je suis assez grand, d'un mètre quatre vingt neuf par là et je suis de corpulence normale, n'étant ni gros ni maigre et tant mieux. Je ne suis pas spécialement canon d'ailleurs je ne fais rien pour l'être car je me fiche pas mal de mon physique, du moment que je ne sois pas répugnant à regarder.
Je suis blond, les cheveux court coiffé en pics, ce qui me vaut l'inévitable comparaison avec un hérisson et surtout, avec l'astre qu'est le soleil car lui aussi est jaune et dont les rayons sont souvent dessinés en pics. Bref, je vous em...bêtes profondément.
Mes yeux sont habituellement bleus, bleus comme la couleur du ciel. C'est la partie de mon corps que je préfère car le regard est très très important. Les yeux sont aussi ce que nous regardons le plus chez quelqu'un et quand la couleur change de l'habitude, c'est la première chose que l'on remarque. Moi par exemple, on a découvert que j'étais un Être à cause de mes yeux qui deviennent jaune quand je suis en colère. Bin voilà, c'était la première chose qu'on a remarquée. Eh oui. Enfin bref, passons.
Ma façon de m'habiller est très simple : T shirt long ou chemise, avec un jean, le plus souvent déchiré car c'est plus stylé. Je n'oublierai pas non plus de mentionner que j'ai des piercings aux deux oreilles et puis... et puis c'est tout.

Description mentale :

Mon caractère? Vous voulez vraiment savoir comment je suis? Autant vous le dire, si vous avez le malheur de croiser mon chemin, vous ne tarderez pas à vite connaitre mon caractère. Je suis ce qu'on appelle, le pire au monde. On m'a souvent comparé au diable ou à un monstre mais, dans un sens, c'est un peu ce que je suis.
En effet, je suis quelqu'un d'incroyablement sadique et très cruel. Oui oui, je suis un vilain méchant qui n'hésite pas à tuer... pourquoi? Par simple plaisir. C'est tellement bon de voir les gens souffrir et sentir leur vie qui s'écoule sous notre puissance... parce qu'ils ont été trop faible. La manipulation est mon domaine, j'aime embêter les gens et pas qu'un chouillat. Si on se met dans mon chemin, on va devoir le payer car tant qu'on est pas plus fort que moi, je resterai quelqu'un d'impitoyable que personne ne peut arrêter, même pas celle que j'aime.
Je ne suis pas tendre, autant vous l'avouer. Je déteste avoir des points faibles et généralement, j'élimine tout ce qui pourrait être mon point faible. Malheureusement, et contre mon gré, ma partie humaine fait que j'ai une certaine... sensibilité. Ou plutôt devrais-je dire... des certains désirs. Mais je me tairais sur cette partie de moi que je déteste.
J'ai un très mauvais caractère, je ne suis pas susceptible du tout mais je suis très envieux et quand je veux quelque chose, croyez le ou non, je l'ai et vite. Quand je déteste un truc, je le déteste vraiment. En revanche, je n'éliminer pas tout ce que je déteste. Vous savez pourquoi? Parce que j'aime détester. Dans la haine, je n'ai plus aucune raison de vivre car c'est elle qui m'interesse, que je recherche sans cesse. Sans haine, je ne suis plus rien car je me nourri d'elle. L'amour.. c'est trop nul, trop banal, trop nian-nian, trop débile. Et pourtant, je ne peux pas y échapper non plus... malheureusement.
Je suis orgueilleux mais pas trop. Je sais quel rang j'ai et je sais que je ne suis pas invincible. Je peux mourir et je ne m'en cache pas. Je suis loin d'être le plus fort et je m'en cache pas non plus.
Je suis quelqu'un qui s'impose énormément et qui adore commander. J'ai créer toute mon équipe d'Être et le fait d'être le chef est très... agréable. Plein de gens à mon service, que pouvais je demander d'autre? J'ai l'impression d'être complètement comblé.
Sachez en revanche que, dans la plupart des cas, sauf de très rares exception, je n'ai aucune pitié. Je me fiche des sentiments des autres, du moins de beaucoup de monde et ma personne passe avant tout le monde.
Je ne désire pas le pouvoir et commander tout le monde. Personnellement je trouve ça très nul. Tout ce que je veux, c'est vivre la vie que j'ai toujours rêvée...


____________________



      Prénom ou Surnom : Kyo =D
      Âge : Bientôt 20
      Niveau en rp : Plutôt bon x)
      Comment avez vous trouvé le forum? Je l'ai un peu créé quoi =D
      Codes dans le règlement : Validé by Illian
      Personnalité sur l'avatar : Dexter Holland



Dernière édition par Illian Keith le Jeu 19 Aoû - 18:53, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasmagora.forumactif.org
Illian Keith
Admin
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 15/07/2010
Age : 28

MessageSujet: Re: Illian Keith   Mar 17 Aoû - 16:21

    Histoire :

    Mon histoire? Je vais vous la raconter mais, accrochez vous bien. Elle n'est pas très jolie et vous risquerez peut être, surement, de me détester en lisant ces quelques lignes. En même temps, je ne vous en voudrais pas, j'ai tellement l'habitude que les gens me haïssent...

    Je suis né un cinq août, en plein été, sous une chaleur extrême. Seulement je suis né anormal, ou du moins malade, dans le sens où je ne pouvais pas m'exposer au soleil sous peine d'avoir de grosses plaques rouges sur ma peau. De ce fait, j'ai été privé, très tôt, de la lumière du soleil, me contentant uniquement de la lumière artificielle. Les rideaux étaient sans cesse fermés et je ne savais même pas à quoi ressemblait l'extérieur.
    Voilà comment j'ai grandi. Enfermé dans la maison pendant de longues années, et la seule chose que je savais de l'extérieur, c'était les photos que ma famille ramenait quand ils en prenaient, les rumeurs et les histoires qu'ils disaient à table. La télévision m'a aussi beaucoup aidé mais je n'avais encore jamais mis les pieds à l'extérieur. J'avais donc appris comme ça, le conflit sur les Êtres ainsi que leur existence.
    Par contre, j'étais le chouchou de ma mère. Elle s'occupait très bien de moi et j'étais son préféré, d'après ses mots car j'avais un grand frère et une petite sœur, qui eux, n'avaient pas de maladies graves. Ma famille étant très aisée financièrement, elle me ramenait de nombreux cadeaux, de sucreries et que sais-je encore... elle me lisaient des histoire, m'apprenait à lire et à écrire et me donnaient les leçons que l'on apprend à l'école.
    Je pouvais aller partout dans la maison à condition que les rideaux cachent la fenêtre afin que la lumière du soleil ne puisse pas m'atteindre. J'ai appris à jouer du piano aussi et puis plein d'autres trucs aussi.

    C'était mon enfance. Oui. Elle est bien triste, je suis d'accord. Personne n'aurait envie de vivre comme moi j'ai vécu.
    Mais le fait d'avoir été "infecté" m'a délivré. Comment je l'ai découvert? Je vais vous le dire.
    J'avais dix huit ans au moment des faits. Vous savez, quand on passe dix huit ans enfermé dans un manoir, on finit par craquer au bout d'un moment. J'ignore depuis combien de temps j'ai été infecté vraiment mais, un jour, j'ai décidé de fraznchir le pas. Ma mère faisait sa sieste et mon père était au travail. Quand à mon frère et ma soeur, ils étaient à l'école tous les deux Eux, ils détestaient l'école. Ils disaient que j'avais de la chance mais moi je leur enviait... je voulais sortir. Toujours est-il que, les domestiques, car nous en avions, étaient en pause en ce moment là. Résultat, il n'y avait personne.
    Doucement, j'ai parcouru le manoir et suis arrivé à la porte d'entrée. Je voyais la lumière du soleil passer à travers la petite vitre au dessus d'elle. J'ai hésité au début, si jamais je me faisais carboniser? Mais j'avais trop envie de voir ce qu'il y avait derrière la porte. Je décidai donc de l'ouvrir.
    La lumière du soleil m'atteignis en pleine face. Sur le coup, j'avais barré mon visage de mon bras. N'ayant jamais taté la lumière du soleil à part quand j'étais tout petit, c'était tout nouveau pour moi. C'était très éblouissant et ça me faisait mal aux yeux. Je dus mettre au moins cinq-dix minutes pour retrouver une vue correcte. Il n'empêche que, lorsque je mis mon bras sous le soleil, ma peau restait blanche. Je décidai donc de me mettre entièrement dehors. Rien ne se passait. Pensant être guéri par force du temps, je me mis alors à courir dans le jardin, me rouler par terre, faire de la balançoire (oui oui, même à dix huit ans) et crier partout. Cela réveilla forcément ma mère qui hurla sur le coup. D'abord de terreur en me voyant dehors puis de surprise qui se transforma en joie, car elle aussi avait pensé que j'étais guéri par la force du temps.
    Elle contacta alors toute ma famille pour annoncer la nouvelle et de ce fait, mon père, mon frère et ma sœur rentrèrent plus tôt que prévu. On organisa une fête en mon honneur le lendemain soir et j'eus donc l'autorisation d'aller en ville et c'est à ce moment là que j'ai vu la mer pour la première fois. Comment vous décrire cette satisfaction immense de voir un rêve se réaliser? La mer avait toujours été idéalisée pour moi, je voyais à la télé les gens s'y baigner, s'y amuser et puis, c'était agréable. Néanmoins, lorsque j'étais entré dans les vague j'eus une grande secousse, une énorme fatigue. Je me suis senti vite très mal à l'aise et je dus sortir rapidement pour ne pas tomber dans les vapes. Peut être avais je contracté une autre maladie, sous l'effet de l'eau de mer?
    Le soir même, lors de ma fête, je rencontrai pour la toute première fois le jeune homme qui allait devenir mon plus grand rival : Mika Kazanovich. C'était le fils d'un ami à mon père, ami qui travaillait pour lui d'ailleurs. J'ignorais qu'il était, lui aussi, ce que j'étais mais on s'était très vite lié d'amitié. On a passé toute la soirée à parler tous les deux et on s'était même fait des projets ensemble. On voulait devenir comme mon père et le siens : fonder une société et pourquoi pas, tant qu'on y était, avoir le pouvoir sur Illyr, notre chère grande ville. La fête à duré longtemps. Trois jours.
    Elle s'est mal finie.
    Le troisième jour, alors que je mangeai tranquillement au buffet, mon père est venu me voir pour me parler de mes projets, dans le futur. Il voulait que je devienne l'assistant de mon frère, lorsque ce dernier aurait pris sa place dans son entreprise. Évidement, je n'étais pas d'accord. Je voulais pas faire de ma vie un fichu assistant qui obéit au doigt et à l'œil à son frère, dont j'avais le sentiment d'avoir toujours été dans son ombre. C'était hors de question! Nos voix ont commencée à monter et je me suis fâché pour entrer en fureur sans même m'en rendre compte. Et là, mon père a ouvert de grands yeux, la colère étant partie immédiatement : il venait de voir mes yeux jaunes. Car oui, quand je suis en colère, mes yeux bleus deviennent soudainement jaune dorés, comme ceux d'un démon. C'est d'ailleurs de là que viendra mon surnom de "Être démoniaque" ou bien "démon" tout court, n'est ce pas Alexa?
    Bref. Toujours est-il que, lorsqu'il a reconnu qui j'étais vraiment, il s'est vivement écarté de moi. Ne comprenant pas sa réaction, je me calmai soudainement jusqu'à ce qu'il me hurle de disparaitre en me traitant de "monstre". Je n'avais pas vraiment compris pourquoi il en était venu jusqu'à m'appeler comme ça mais il a continué à m'injurier jusqu'à ce qu'il me traite de "sale Être". Je ne comprenais pas car je ne me souvenais pas avoir utilisé de "capacités". Mais j'allais pas tarder à le savoir. Bien que cela se soit passé devant tout un tas de gens, mon frère avais pris un pistolet et avait décidé de me tirer dessus. Ma famille détestait les Êtres. Elle les haïssait car elle avait peur. Et comme j'en étais un, il fallait m'éliminer. Même ma mère, qui m'adorait tellement pourtant, ne s'y était pas refusée! Je l'ai mal pris... très mal pris.
    Lorsque mon frère tira sur moi je senti mon corps se dilater en flamme pour apparaitre derrière mon frangin. Il se retourna, sous le choc mais croyez le ou non, j'étais aussi surpris que lui. Puis il tenta de m'asséner un nouveau coup dans la tête mais je disparut à nouveau pour apparaitre derrière le buffet. Je senti une "nouvelle force" grandir en moi et mon sang bouillonner. Conscient alors de mon pouvoir, je me téléportai à nouveau alors que mon père s'était jeté sur moi, sans doute dans le but de m'immobiliser. Puis, un peu inconsciemment, je pointai mon doigt sur lui et des flammes apparurent sur son corps. Seulement, contrairement à moi où les flammes étaient inoffensive, mon père brûla. J'ignorai comment j'avais fait ça mais je me sentais bien. Mon regard, jaune, s'était dirigé sur mon frère. Ce dernier voulu pointa son fichu pistolet vers ma direction, mais je fus plus rapide que lui. Je claqua des doigts et il brûla à son tour.
    La colère m'ayant, jusqu'ici, complètement aveuglé, je décidai alors de tout bruler. Des gens s'enfuirent, terrorisé, dont ma petite soeur. Je ne vis pas Mika mais par contre, parmi les flammes, je vis ma mère. Elle était en pleur et me regardait avec pitié. Ma colère s'était calmé alors d'un seul coup. Elle s'approcha de moi et d'une façon innocente, approcha sa main de ma joue, doucement.... jusqu'à ce qu'elle me mit une baffe. Elle me hurla que la seule chose qu'elle regretai au monde, c'était de m'avoir mis au monde et qu'elle me détestait.... détestait... avant de plonger dans les flammes sans que je puisse rien faire.

    A ce moment là, je perdis toute mon humanité. Je m'étais juré de faire payer tous les humains, les haïssant au plus profond de moi même. Je ne voulais plus entendre parler d'eux et au moindre petit humain, hommes, femmes ou enfants, qui osaient se mettre devant moi, une fin terrible lui arrivait. Ils avaient détruits ma vie, mon passé, ma famille. Tout.

    Je me mis alors à errer seul, désirant tuer par moment. Ma haine était loin de s'étancher et si je voulais tuer, j'allais voir les humains. Les voir souffrir me faisait plaisir, les entendre crier, me supplier... c'était si... jouissif...
    Pendant trois ans, je fus seul, me débrouillant seul pour me nourrir et m'interdisant toute vie sociale. "L'enfer, c'est les autres". J'étais adepte de cette citation.
    Toujours est-il qu'un jour, je vis un homme, plus agé que moi mais complètement perdu. Au début, je l'ai pris pour un humain jusqu'à ce, à la place de me parler à voix haute, je l'entendis dans ma tête. "Ne fais pas ça, s'il te plait", m'avait-il dit. Surpris, je décidai de ne pas le tuer. Il m'expliqua alors toute son histoire, se présentant sous le nom de Nicolas Alter, surnommé Nic. Il m'expliqua que lui aussi, avait été abandonné par sa famille et qu'il était seul depuis un an. On décida alors de se soutenir mutuellement. Je l'aidais à s'en sortir et même si j'avais du mal à me l'avouer, il m'aidait pas mal non plus psychologiquement, dont le fait de calmer mes envie de meurtre. Viens alors ma diabolique idée : construire une "bande". Je n'étais pas le premier à le faire, loin de là. Et là, avec la rencontre de Nic, je décidai de créer la mienne. Il me promit de m'obéir si je l'épargnai de tuer. Il ne voulait pas tuer car il en avait pas la force. Je le respectai donc. Notre "amitié" s'est agrandie au fil du temps. Avoir un télépathe était vraiment très pratique et je me rendais compte que je n'établirai aucun plan seul.
    Vint alors la rencontre avec mes autres Êtres. Je les aidait à s'en sortir, à avoir un refuge. Ils me vénéraient pour ça car j'avais fait beaucoup pour eux. Durant trois ans, ma petite bande s'était agrandie et j'avais mes adeptes. Ils tuaient pour moi et mourraient pour moi. J'étais trop-content!

    Entre temps, je revis mon ami de quelques jours, vous savez, Mika. Car oui, je l'ai revu. Je n'ai pas su trop comment réagir à sa vue. Je l'avais immédiatement reconnu : cheveux brun, petite barbichette et ses yeux de russe dont la pupille brillaient de pouvoir. Il m'expliqua alors qu'il s'était enfui lors du drame de ma soirée et que, lui aussi, depuis un moment déjà, il était un Être. Mon strict opposé : je controlais le feu, lui la glace et un peu l'eau. Seulement, cette fois ci, à la place de faire des projets à deux, on se fit un marché : à celui qui sera le plus puissant des deux. Cette idée nous excitait tous les deux et on devint alors rival.
    On avait pris un quartier de la ville, chacun, à notre insu. J'avais pas le droit, sauf s'il me l'accordait, d'entrer dans son territoire et inversement avec moi. C'était très gamin mais tous les deux, on avait pas eu d'enfance. Disons qu'on se rattrapait...

    Puis vint ce fameux jour. Ce jour où, un de mes Être préféré, après Nic, James, m'apprit la terrible nouvelle : j'allais tomber amoureux. Moi? Tomber amoureux? J'avais une tête à tomber amoureux? Je ne voulais pas de l'amour... j'avais pas voulu de l'amitié mais je m'y étais résigné. Alors l'amour, certainement pas. Les femmes étaient puissante par le simple fait d'être une femme. L'amour était un sentiment que j'avais beau ne jamais avoir connu, je savais qu'il était dévastateur.
    Néanmoins, sur ce coup là, j'étais complètement impuissant. James voyait l'avenir tel qu'il était. Il était l'oracle, annonçant des prophéties qui se réalisait toujours. Je voulais en sortir, me dire que moi je pourrais la dévier en me privant de tout contact féminin. J'ai eu évidement tort.
    Je me souviendrais toute ma vie de cette... fameuse soirée. Lorsque je la vis pour la première fois.
    J'avais rien d'autre à foutre que de me promener dans l'hôtel où j'avais une chambre. Puis, curieux, j'avais jeté un coup d'œil sur une porte qui était bizarrement ouverte. Ce que je vis était à la fois très satisfaisant mais aussi effrayant : Une jolie, très jolie jeune femme blonde, aux cheveux long, et à l'allure de mannequin étaient en train de mettre des bas. Elle était vêtue d'une longue robe noir sulfureuse dont le décolleté laissait découvrir une forte poitrine. Les formes de son corps étaient parfaites, et son visage était doux, tendre et angélique. Elle avait tourné la tête et je m'étais rapidement réfugié derrière la porte pour ne pas qu'elle me voit. Seulement, elle avait bien détecté ma présence et lorsqu'elle sorti de sa chambre, elle s'était tourné vers moi.
    Nous discutâmes brièvement pour, au final, se revoir le lendemain. Je ne savais pas ce qui m'avait pris à ce moment là. J'étais persuadé, à l'époque, qu'elle était un Être à la capacité de... charmer ou quelque chose comme ça. Pour moi, c'était impensable qu'elle soit humaine.
    Nous nous revîmes le lendemain, comme prévu. Puis le jours suivant et le jours d'après. Et ce qui devait ne surtout pas arriver arriva. Je sais pas pourquoi c'est arrivé. Moi qui était puissant et impitoyable, j'avais l'impression d'être quelqu'un d'autre, d'avoir totalement changé. Je vivais autre chose que tout ce que j'avais vécu avant... c'était peut être pour ça. Mais j'avais envie qu'elle soit à moi, qu'elle m'appartienne. Je la voulais et je l'avais eu.
    Cette nuit là, après l'avoir longuement embrassé, nous sommes allés loin. Effectivement, nous avons couché ensemble. Une nuit que j'étais loin d'oublier. J'appris donc la joie du sexe et autant vous dire : ça m'a plu.
    Or, le lendemain, il était prévu de "remettre ça" après une sortie à deux. Mais lorsque j'arrivai dans sa chambre, son expression était... inhabituelle. Elle avait l'air d'être inquiétement sérieuse et je ne compris pas son air grave.
    - Tu es un Être? m'avait-elle demandé incrédule.
    J'ai ouvert de grands yeux. Pourquoi? Ce n'était pas son cas?
    - Oui.., lui avais-je répondu, anxieusement.
    Et là, à son air, je compris. Elle était humaine. Or, j'avais besoin de l'entendre de sa bouche. Je lui demanda alors confirmation. Et la réponse que je craignait le plus avait fusé : "oui".
    A ce moment là, sans même me rendre compte de la présence d'épée à côté de son lit, je me suis téléportai. Comment vous décrire dans quel état je me situais?
    J'étais furieux. Non, pire. Il n'y a pas de mots dans la langage, inventé, pour décrire à quel point ma colère était immense. J'avais fricoté avec une humaine, emporté trop loin dans mes désirs. Je ne me le permettais pas. Je ne voulais pas ça. J'avais qu'une envie : retourner en arrière. Mais ce qui avait été fait, était fait. Je ne connaissais aucun Être dans la capacité de faire retourner le temps.
    Vous savez, quand je suis dans une colère monstrueuses, moi même je ne me contrôle plus. De ce fait, le quartier où j'étais brûla. Tout brûla, même les Êtres présents, qu'ils soient à moi ou pas. Je ne savais plus ce que je faisais tellement j'étais furieux. Mes yeux étaient en or et, lorsque j'avais fini de traverser le quartier, je finis par me calmer. Les flammes dansaient derrière moi puis Nic était arrivé, essoufflé. Il avait couru pour échapper à la mort et il était venu me voir. J'ai failli alors le tuer, en l'étranglant mais je m'étais vite calmé. J'eus néanmoins pris du temps pour que je redevienne parfaitement calme. Le temps était passé...
    Puis je m'étais alors décidé à tuer Alexa, l'humaine dont j'étais tombé amoureux. Il fallait qu'elle meurt, que je ne la revois plus car j'allais être trop tenté en sa présence. On avait partagé pas mal de choses ensemble et il m'était moi même incroyable de ne jamais lui avoir fait d'allusion au fait que j'étais un Être.
    Je me téléportai dans sa chambre. Il y avait un autre Être en sa présence. Axel, son co-équipier. Cet espèce d'idiot refusait sa vraie nature, sa nature d'Être mais il avait un pouvoir intéressant : il nous détectait. Ou plutôt, il détectait les autres Être, et il pouvait voir leur capacité ainsi que leur niveau de puissance. Selon son pronostic, sur une échelle de cinq, j'étais arrivé à 4. Cela dit, Alexa lui demanda de partir. Au début, il s'y était refusé, voulant rester près d'elle car ils entretenaient une relation d'amitié très puissante. Mais elle finit par le rassurer et il s'en alla.
    - Tu vas me tuer, m'avait-elle dit.
    - Oui, lui avais-je répondu.
    Derrière sous dos, elle avais saisi son sabre. J'ignorai ce qu'elle comptait faire exactement car elle n'avait aucune chance : j'attaquais de loin. Peut être mourir en honneur? Les chasseurs de prime était attachés à l'honneur.
    Je m'étais approché d'elle, méfiant. Lui caressant la joue, je l'avait fixée longuement, elle était si.. si belle, même sous un air terrorisé. Je sentai ses tremblements. Elle n'avait jamais eu a faire à un Être puissant comme moi. Elle me l'avait dit quelques jours plus tard. En revanche, je pointai mon doigt sur son menton, prêt à créer des flammes. Mais je n'y suis pas arrivé. Je l'aimais, c'était évident. Et pour ce fait là, je la haïssait. C'était très complexe mais c'était ainsi. Elle avait lâché son sabre et moi j'avais décidé de l'embrasser. On a couché une seconde fois ensemble. Excellent.

    Depuis lors, je vis ainsi. En rivalité avec Mika. Et avec une relation très ambiguë avec une humaine. Axel avait accepté ma relation avec Alexa, bien qu'il se méfiait sans cesse. Il la comprenait car elle était aussi amoureuse de moi et tout comme moi, elle me haïssait pour cette raison. On se supportait, on se battait même ensemble... mais ça finissait souvent pareil : au lit.
    Cela dit, je gardai l'espoir qu'elle devienne à son tour un Être. Que je puisse enfin l'accepter entièrement. Mais je dois avouer que la relation que j'entretenais avec elle était interessante. J'aimais la détester et je détestais l'aimer. Me battre contre celle que j'aimais était jouissif... très.
    Quant à Mika, c'est une affaire à suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantasmagora.forumactif.org
Hana Akuma

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 17/09/2010
Age : 21
Localisation : Dans le pays des morts ..

MessageSujet: Re: Illian Keith   Sam 18 Sep - 17:25

Quelle longue histoire ^^

Merci pour ce forum :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Illian Keith   

Revenir en haut Aller en bas
 
Illian Keith
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Another study time with you {PV Keith}
» Randal Keith Orton.
» KEITH PARKINSON
» Bibliographie batailles / soldats / art
» [Résultats] WWE RAW Du 15/08/2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantasmagora :: Coin administation :: Présentation des personnages :: Présentations Validées-
Sauter vers: