Fantasmagora

Vivez ou mourez
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Présentation d'Ellian

Aller en bas 
AuteurMessage
Ellian Windscape

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 21/08/2010

MessageSujet: Présentation d'Ellian    Sam 21 Aoû - 13:13


    Nom : Windscape
    Prénom : Ellian
    Âge : 19ans
    Nature (Humains/Être) : Être
    Capacités (si vous êtes un Être) : Auto-régénération + Luminescence
    Groupe :[/b ]Être neutre
    Sexe :
    [X]M []F














Description physique :

Physiquement, je dois avouer que je ne suis pas très grand et c'est assez complexant. J'ignore si c'est le fait que je sois un Être qui ait arrêter le développement de ma croissance mais toujours est-il qu'on me prend souvent pour un gamin. Bien sur, je n'ai que dix-neuf ans et je ne suis pas adulte mais je n'en ai pas non plus quinze. Je fais un mètre soixante cinq, ok y'a plus petit mais quand même!
Je suis plutôt mince de corpulence, ni gros, ni maigre, il faut dire que j'ai l'habitude de peu manger. Je suis pas vraiment musclé, loin de là. Mais je ne suis tout de même pas maigrichon, du moins, plus depuis que je vis chez Axel.
Que vous dire sur ma description physique? Je n'ai pas vraiment quelque chose de spécial et je fais rien pour.
Mes cheveux sont bruns dans les tons noirs, mes yeux verts foncés, comme le gazons pas trop grands.. Je suis blanc de peau et j'ai un visage pas trop grand. Je n'ai aucune particularités physiques et tant mieux comme ça.
Ma façon de m'habiller? Eh bien je suis plus jean/t-shirt, je porte ce qu'il me plait.. Je ne suis pas démodé et je fais tout de même attention à mon apparence physique mais ce n'est pas ma priorité, loin de là.

Description mentale :

Comment me décrire mentalement, je ne le sais pas vraiment. Ce n'est pas vraiment à moi de vous dire comment je suis mais plutôt aux autres. Cela dit, il y a bien une façon dont je me perçois et je vais vous la dire.
Normalement et habituellement, j'ai un sacré caractère. Je suis tout le temps sur mes gardes, à la défensive et je me méfie de tout le monde. Je suis quelqu'un qui a un incroyable self-control et je m'emporte peu par les évènements.
Cela dit, j'essaie tout de même de dissimuler mon "apparence" noire derrière quelqu'un de très.. énergique, drôle, voir amusant, même si ça dépend des gens. On peut penser que je me fais vite "ami" avec quelqu'un.. détrompez vous, j'accorde rarement ma confiance. Seule une personne la possède.. et je pense que ça sera la seule.
Néanmoins, je peux paraitre tout de même gentil, généreux et particulièrement doux. J'ai peu le sourire facile, je parle du véritable sourire, celui qui viens du cœur, mais quand je l'ai, cela se remarque rapidement.
Je suis quelqu'un de très intelligent, un peu calculateur parfois et qui a besoin de l'affection d'autrui. Je peux être méchant, franc et un peu insolent mais contre de la gentillesse, la sincère, je suis faible... très faible.


____________________



      Prénom ou Surnom : Kyo =D (bizarrement Rolling Eyes)
      Âge : 20 bientôt.
      Niveau en rp : Plutôt bien (je crois)
      Comment avez vous trouvé le forum? Haha x)
      Codes dans le règlement : Validé by Illian =D
      Personnalité sur l'avatar : Thomas Dekker



Dernière édition par Ellian Windscape le Dim 29 Aoû - 17:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellian Windscape

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 21/08/2010

MessageSujet: Re: Présentation d'Ellian    Sam 21 Aoû - 20:34

Histoire :

    Je suis né un fin de décembre, le 28 pour être exact, dans un hôtel d'un quartier plutôt mal famé dont les seules personnes qui m'accueillirent à ma naissance furent ma mère et la maitresse d'hôtel qui l'avait aidé à accoucher de moi. C'est une triste naissance mais en même temps, j'ai eu une conception... triste aussi, si je puis dire. Vous savez, chez moi, l'insulte "fils de p...." qui ferait rager n'importe quel garçon normal ne me fait rien... puisque c'est la vérité. Oui, vous l'avez deviné, ma mère a un métier loin d'être banal : c'est une prostituée. Mon père? Un de ses clients, tout simplement. Évidement, elle ne sait pas qui c'est. Elle ne peut pas s'en souvenir car il y en avait à la chaine. Mais, on ne choisit pas ses parents, et encore moins notre naissance. Malheureusement, des gens n'y pensent pas, à ça.

    Dès ma naissance, j'ai eu des ennuis. Mon enfance est d'une noirceur si forte que je me demande bien pourquoi ma mère m'a gardé. Je lui ai souvent reproché, dit qu'il aurait fallu me tuer pendant qu'elle était enceinte de moi ou même à ma naissance. Pourquoi? Parce que dès que je fus né, j'ai été un boulet pour elle.
    A chaque fois que ma mère allait voir un client, elle me laissait à la porte de la maison de ce dernier et venait me récupérer quand elle avait fini son "travail". Quand j'étais un peu plus grand, il fallait que j'attende assis, à m'occuper du mieux que je pouvais, supportant du mieux que je pouvais les cris et les bruits du "travail" de ma mère. C'était insupportable et puis... je me sentais tellement seul. Ma mère ne s'occupait jamais de moi. La seule chose qu'elle faisait, c'était me nourrir, ce qui est déjà pas mal me direz vous, mais jamais je n'ai eu le droit à ses bras, à un geste tendre ou un mot doux de sa part. Elle était néanmoins dure avec moi, me disant que je servais qu'à lui voler de l'argent pour manger et que j'étais un bon à rien. Elle m'a souvent giflé parce qu'il fallait qu'elle se défoule, lorsqu'elle tombait en dépression ou parce que je me comportais mal. Cela dit, lorsqu'elle me giflait, je me sentais bien. Non, je ne suis pas masochiste. Juste que, si elle ne pouvait pas m'aimer, elle pouvait au moins me détester. La gifle était le résultat de tous mes efforts pour qu'elle puisse prendre conscience de mon existence. Mais au fond, j'étais quoi pour elle? Le fruit d'une union avec un pervers, cochon, qui avait abusé d'elle contre de l'argent. Pas le genre prince charmant, loin de là. Le pire dans tout ça, c'était mon sexe masculin. Si j'avais été une fille, la relation avec ma mère se serait mieux passée. Mais ma mère et ses amies, qui au passage, étaient des prostituées aussi, détestaient les hommes. Et avoir engendré un de ses "monstres" qui ne pensaient plus à leur organe sexuel qu'autre chose, c'étaient... horribles pour elles. L'une d'elles avaient même essayé de me supprimer ma "virilité", si je puis dire ainsi mais ma mère l'en a dissuadé, ne désirant pas aller jusque là.

    Puis, à l'âge de dix ans, ma mère me confia à un foyer pour enfants perturbé. C'était gratuit mais c'était horrible. Les enfants qui étaient déjà présents dedans m'avaient accueilli d'une façon plutôt... mauvaise. Pour me souhaiter la bienvenue, et pour me punir d'avoir une mère prostituée, le "fils de p..." a dû être envoyé dans les toilette, la tête la première. Dès l'âge de douze ans, certains fumaient déjà et le partage, chez eux, ne fait pas parti de leur vocabulaire. On a craché dans mon lit, mis des punaise dessus, gribouiller mon mur, volé des vêtements et plein d'autres malheur aussi. Parfois, des mecs me demandaient combien ma mère prenait pour deux heures ou alors ils me tabassaient parce qu'ils avaient besoin de se défouler. Les pions? Ils ne bougeraient pas d'un pouce! Ils faisaient comme s'ils ne me voyaient pas, à cause de la réputation de ma mère. Toujours et encore cette même raison. Et puis, j'étais loin d'être friqué, alors bon... Au final, je ne savais pas ce qui était le pire : être dans cette pension ou rester avec ma mère. Il n'empêche que, ici au moins, j'ai commencé à étudier. Les études furent pour moi une certaine délivrance et même si, souvent, je retrouvais mes livres complètement déchirés, coupés et gribouillés de partout, le fait de lire et apprendre permettait de m'évader un peu.

    A l'âge de dix sept ans, après sept ans en enfer, je suis sorti de la pension, après avoir choper un métier à la discothèque. Je faisais serveur et parfois barman et j'avais même une chambre gratuite à l'étage, tout au fond d'un couloir. Viens alors ma période de débauche et du fait que je me suis complètement lâché. Dans les boites de nuits, les jolies filles, il y en avait des tas. Et je me souviens de la première nuit que j'ai passé avec une fille. Elle m'avait ouvertement dragué et proposé d'aller "plus loin". Je n'étais pas idiot au point d'ignorer là où elle voulait en venir et c'était ainsi que je l'avais emmenée dans ma chambre. J'ai eu ma première expérience sexuelle, il n'y avait aucun amour, juste du plaisir charnel et autant le dire, j'ai complètement adoré. On a recommencé le lendemain puis encore le lendemain et ainsi jusqu'à ce qu'elle ne revienne plus. Mais je me suis pas arrêté là. Le sexe avait été pour moi une source de plaisir mais aussi la certitude de mon existence. J'avais le sentiment de me rendre utile, de me sentir et d'échapper à tous les soucis de la vie. Après, les autres soirs, c'était soit moi qui draguait, soit les filles. A chaque proposition qu'on me faisait, j'acceptai sans hésiter, peu importe la fille. Malheureusement, le fait de fréquenter n'importe quelle fille m'a attiré bien des malheurs.
    C'est ainsi que j'ai rencontré pour la première fois, le chef d'une petite bande d'Êtres. Je savais qui ils étaient mais leur nature m'importait, bien que je fusse au courant du conflit entre les humains et eux. Je m'étais aussi renseigné à leur sujet et je savais des choses sur eux. Cela dit, je m'étais fais la copine du chef de cette petite bande d'Être et j'ai eu à nouveau le droit aux persécutions que j'avais à la pension mais en pire. En revanche, me faire complètement démolir par cet Être aura fait révélé ma nature : j'en étais un moi aussi. J'avais beau saigner, être coupé, ect... mes plaies se refermaient. Les Êtres s'en sont aperçus, étant assez surpris au début.

    Puis la semaine d'après, après avoir terminé mon service, la même bande, qui m'avait fait endurer bien des sévices, avait désiré m'éliminer. Ils m'avaient attrapé, un Être me tenant les bras en m'immobilisant par la même occasion, un autre me faisant lever la tête, la basculant en tirant les cheveux et un troisième qui s'avançait avec un long sabre bien coupant. Il n'y avait personne, aussi tard et je savais que mon heure était venue. J'étais né comme un chien, j'avais vécu comme un chien et j'allai mourir comme un chien. Deux autres Êtres étaient aussi présent au cas où j'arriverai à m'échapper.
    L'Être au sabre s'avançait lentement. Je les entendait rire et bien que j'avais peur, je ne tentai pas de fuir. Si je mourrai, qu'est ce que ça ferait? Qui serait au courant? Qui pleurerait? Personne.
    Lorsque je vis l'Être soulever son bras pour me trancher la tête, je fermai les yeux. Mais le coup n'arriva jamais. J'entendis un très grand bruit, m'aperçevant de la présence d'une nouvelle personne. Je me senti libéré de mes étreintes forcées et lorsque je rouvris les yeux, je le vis pour la première fois.

    Un jeune homme qui devait avoir mon âge avait décapité celui qui était prêt à me tuer. Et lorsque j'ai pu le voir, il était en train de tuer un nouveau tandis que le reste de la bande s'enfuyait. Les deux Êtres morts, le jeune homme me regarda. Un humain? Surement. Qui d'autres pouvait tuer un Être pour sauver un type sans défense? Néanmoins, j'étais tellement abassourdi et effrayé suite à ce qu'il s'était passé que je m'énavoui.
    Lorsque je rouvris les yeux, j'étais au chaud, dans un lit, une tasse de chocolat chaud sur la table de nuit juste en face de moi. Plus loin, la personne qui m'avait sauvé était en train de lire le journal sur la table de cuisine. Il avait la même taille sur moi, les cheveux chatain, courts, habillé d'un pantalon noir et d'une chemise blanche. Je m'étais ensuite aperçu que j'étais dans une chambre d'hotel qui avait la vague ressemblance d'un studio. On m'avait déjà parlé de ce genre d'hotel, la chambre coutait cher mais c'était un vrai nid douillet. Rien à voir avec ma chambre.
    Lorsque je me mis à bouger, n'osant pas prendre la tasse de chocolat, il leva ses yeux et les posa dans les miens. Il reposa alors son journal sur la table, se leva et vint à ma rencontre. Il prit un moment d'hésitaton lorsqu'il arriva à la hauteur de mon lit puis il prit la tasse et s'accroupit pour être à ma hauteur.
    - Tiens, m'as t-il dit. Je l'ai préparé exprès pour toi. Ca va?
    J'eus envie de lui foutre son chocolat chaud sur la gueule et partir aussi vite que possible. Vous comprenez, n'ayant jamais connu la moindre gentilesse chez quelqu'un, tout signe de sympathie à mon égard était signe de méfiance. J'avais l'impression qu'il se foutait de moi. Mais il avait vraiment l'air sérieux. Un peu hésitant, j'ai tout de même accepter son offre et sentir le liquide chaud dans ma gorge m'a fit énormément de bien. Trop de bien. J'avais l'impression de n'avoir jamais eu de soucis de ma vie.
    - C'est un revigorant pour Être, m'a alors expliqué le garçon. Il permet de te sentir... extrêment bien. Ca soigne toutes les blessures et ça te rend à l'aise.
    - Qui es tu? lui avais-je alors demandé. Pourquoi tu m'as sauvé?
    Le jeune homme semblait surpris à ma question. Quoi? Il n'allait tout de même pas croire que j'allais ignorer son identité éternellement!
    - Je m'appelle Axel, m'as-t-il alors répondu. Je t'ai sauvé pour deux raisons. La première, je déteste le genre d'Être qui t'a attaqué. La seconde, plus importante, parce que je ne pouvais pas passer alors qu'un gars innocent se faisait tuer sous mes yeux.
    - Qu'est ce que ça aurait fait de toutes façons? Tout le monde s'en fou que je crève ou non.
    Je me tû aussitôt. La colère avait fait que je m'étais exprimé un peu trop brusquement. Je baissai alors les yeux tandis que le dénomé Axel posa sa main sur ma joue qu'il caressa de son pouce. Encore une fois, j'eus envie de pousser son bras brusquement et de le frapper à cause de son geste "gentil" à mon égard mais je.. comment dire. J'aimais cela. C'était très agréable.
    - Va prendre une douche Ellian, me murmura-t-il à l'oreille. Après nous parlerons toi et moi.
    Surpris, je lui demandai comment il savait mon nom. Il se mit à sourire d'un très grand sourire et c'est alors que je comprit : c'était aussi un Être.
    - J'ai la capacité de détecter tous les Êtres à mes alentours, m'expliqua-t-il alors.
    Il me tendis alors des vêtements à lui : un polo noir et un jean. Je fus dans l'obligation d'accepter et, après ma douche, Axel m'invita à m'asseoir à table. Il avait même commandé des pizza. Je lui racontai alors mon passé, tout en mangeant. J'avais pourtant fait aucun effort pour ajouter de touche dramatique mais je lisais de la tristesse dans les yeux de l'Être qui m'avait accueillit. Il ne pleurait pas mais il en avait envie. J'étais un peu surpris de sa réaction mais qu'importe.
    - Tu vas rester ici, déclara-t-il.
    Surpris, j'ouvris de grands yeux et j'étais prêt à lui dire que c'était complètement dingue. Mais il avait l'air très déterminé et je compris que je n'avais pas le choix. Je compris aussi qu'il voulait m'offrir une nouvelle vie. Il me proposa alors un job chez l'épicier du coin, car ce dernier était à la recherche d'un assistant pour l'aider à stocker les réserves et à ranger les produits. Je savais pas trop quoi répondre. Tout cela était... complétement hallucinant. Tant de gentillesse alors que je n'avais rien fait à son égard. Mais Axel semblait quelqu'un de très doux. Inutile d'être un Être pour le deviner. Il suffit de passer deux minutes avec lui.
    Par la suite, je découvris en lui, la personne la plus gentille au monde. Il me laissa son lit et il dormit sur un petit matelas de secours. Le lendemain, il m'avait préparé un petit déjeuné digne de ce nom : tartines, confitures, pates à tartiner, jus de fruit, chocolat au lait, oeufs au bacon et quelques fruits. De toutes ma vie, je n'avais jamais mangé autant d'un seul coup et surtout, de la nourriture aussi bonne. A la pension, c'était infecte et à la discothèque, c'était très basique.
    Puis nous sommes allé à l'épicerie où Axel a supplié le propriétaire de m'embaucher. Ce dernier, étant humain, avait hésité puis avait finalement accepté.
    - Je viendrais te chercher à la fin de ton service.
    Il me fixa un long moment, hésitant à faire un geste, j'ignorais encore lequel, tendre pour moi. Puis à ce moment là, lorsqu'il fut parti, j'avais senti une grosse boule dans mon ventre. J'avais passé une soirée et une nuit en compagnie de la personne la plus tendre et la plus douce du monde. J'avais le sentiment que mon ange gardien était parti, que la chaleur du soleil s'était soudainement transformé en fraicheur, comme quand on passe à l'ombre. Je n'aurais jamais cru que je penserait cela d'une personne mais il fallait que je me l'avoue : il me manquait.
    A chaque occasion, je regardai par la fenêtre en essayant de voir si Axel n'arrivait pas pour "me chercher". J'avais "besoin" de sa gentilesse, comme si c'était devneu une drogue pour moi. Jusqu'à présent, il avait été le seul à s'inquiéter pour moi et à s'être vraiment occupé de moi. Je ne savais pas comment le remercier. Mais je voulais que ça se reproduise à nouveau.
    Lorsqu'il arriva enfin, j'étais si excité que je serrai machinalement une patate qui était dans ma main. Je fis tout l'effort possible pour ne pas montrer à quel point j'étais heureux qu'il soit de retour. Mon chef lui dit alors que j'avais bien travaillé et j'eus l'autorisation de revenir, recevant ma paye. Le soir, Axel avait proposé une sortie restaurant et je n'avais pas pu refusé non plus. De toutes façons, je voulais y aller. J'étais jamais allé dans un restaurant et j'avais été pressé d'y allé. Et je n'avais pas été déçu. La nourriture avait été excellente!
    On passa ainsi une semaine comme ça. J'étais dans le bonheur complet. J'avais l'impression que tout mon passé avait disparu et que toutes mes blessures intérieures avaient guéries. Je me rapprochai de plus en plus de Axel et on était devenu très complice. J'avais même rencontré sa co-équipière en chasseur de prime : Alexa. Il m'avait expliqué sa relation compliquée avec un Être qualifié de "mauvais". Mais je m'en étais pas vraiment préoccupé, ce n'était pas mes affaires.
    Une nuit, il m'avait demandé s'il pouvait me rejoindre pour dormir avec moi. Un peu surpris par cette demande, j'avais accepté. Je cru tout d'abord qu'il voulait que je lui cède son lit mais il avait bien préciser "Je peux dormir avec toi?"
    Et lorsqu'il était arrivé enfin dans son lit, il m'avait fixé longtemps puis m'avait serré dans ses bras. Je n'avais jamais éprouvé un quelquonque sentiment pour un homme mais lorsque je senti son etreinte chalereuse me serrer, je m'étais soudainement rendu compte du sentiment qui était en train de naitre à ce moment là. Ma première étreinte douce. C'était on ne peut plus agréable. Un genre de septième ciel mais sans relation sexuelle. J'avais enfin le sentiment d'exister, d'être présent et l'affection que me portait Axel était réciproque. J'avais décidé de l'étreindre à mon tour et on passa notre première nuit à deux ainsi.
    Le lendemain, Axel avait eu son jour de congé en même temps que moi. Du coup, on a passé la journée ensemble. On est sorti, sommes allés au cinéma, sommes gavé au fast food et puis on s'est promené. A ce moment là, j'avais senti la main d'Axel attraper la mienne et me l'enlacer. Il ne l'avait plus relâché et je n'avais pas rechigné, bien au contraire. Puis, une fois dans sa chambre, on avait regardé la télé. Journée très banale me direz vous. Sauf que je sentai le regard d'Axel sur moi. Je savais qu'il me fixait et je mit tout l'effort possible pour en faire de même. Il s'avança malgré lui lentement et lorsqu'il fut assez proche, nous nous embrassâmes pour la première fois. Premier baiser homosexuel et celui que je jugeait le plus important de tout ceux que j'avais eu auparavant. On ne s'était pas arrêté à un baiser. Axel avait enchainé avec un deuxième plus le troisième qui avait été encore plus.. violent ou plutôt plus passioné. Par ce troisième baiser, j'avais ressenti toute la passion qu'il éprouvait envers moi et je lui rendis la pareille, par un quatrième qui fut plus fort. J'ignorai depuis combien de temps Axel avait eu des vues sur moi mais pour ma part, en toute honnêteté, c'était surement depuis la première soirée passée ensemble. Il était inévitable que nos baisers dérapèrent pour aller encore plus loin. Ainsi, en l'espace de quelques heures, j'eus mon premier baiser et ma première relation sexuelle homosexuels. L'expérience avec Axel avait été la meilleure de toutes celle que j'avais vécu auparavant. Et, dans la foulée, je lui avait murmuré : "Aime moi s'il te plait, j'en ai besoin". Et il m'avait répondu par un murmure : "Je sais. Je t'aime.". Comment vous décrire cela? La première fois que j'entendais cette phrase! J'avais l'impression d'être quelqu'un d'autre. Il y avait une semaine encore, je vivais dans la débauche et du mieux que je pouvais. J'étais haï de tout le monde et je ne servais à rien. Tout mon passé n'avait été que noiceur et grisaille, attendant patiement l'heure de ma mort.
    Axel avait transformé ma vie, en ajoutant ses rayons de soleil. En l'espace de quelque jours, il avait réussit à éclairer ma triste vie et j'en étais tombé complètement amoureux. Pour la première fois aussi, j'éprouvais de l'amour pour quelqu'un et j'étais aimé en retour. Je ne désirai rien d'autres que cela. Je voulais donner ma vie à cet Être et j'étais prêt à tout pour le rendre aussi heureux qu'il ne l'était déjà, jusqu'à en donner ma propre vie.
    Depuis lors, je vis dans les bras d'Axel, comblé puissance max. Je l'aide parfois dans ses quêtes et je me rend utile du mieux que je peux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hana Akuma

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 17/09/2010
Age : 21
Localisation : Dans le pays des morts ..

MessageSujet: Re: Présentation d'Ellian    Sam 18 Sep - 17:30

Bravo pour l'histoire

Et en passant , merci encore de ton aide Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellian Windscape

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 21/08/2010

MessageSujet: Re: Présentation d'Ellian    Sam 18 Sep - 18:01

Merciii ♥

De rien ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation d'Ellian    

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation d'Ellian
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantasmagora :: Coin administation :: Présentation des personnages :: Présentations Validées-
Sauter vers: